LES ANTONINIENS DE L'ATELIER D'ANTIOCHE SOUS LE REGNE DE PHILIPPE L'ARABE (244-249)

 

ACCUEIL

LA FRAPPE
DES MONNAIES

CONTEXTE HISTORIQUE
ET ECONOMIQUE

ORGANISATION
DES EMISSIONS

BUSTES ET
LEGENDES D'AVERS

NOMBRE
D'EXEMPLAIRES

ATELIER AUXILIAIRE
CAMPAGNE CARPIQUE

MA
COLLECTION

LIENS

 


ANTIOCHE, prototypes et erreurs


Prototypes et/ou erreurs - revers P M TR P III COS P P :

*** CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR UN AGRANDISSEMENT ***

Philippe l'Arabe

Antioche, 246-247, PROTOTYPE ou ERREUR
23-24mm, 4.68g, axe des coins 4-5h, RR+

A/ IMP M IVL PHILIPPVS AVG
     Buste radié, cuirassé et drapé de Philippe l'Arabe à droite, vu de trois quarts en arrière (A12).

R/ P M TR P III COS P P
     La Félicité debout à g., tenant un caducée de la main droite et une corne d'abondance dans le bras gauche.

Óvári 23A, Bland 25, Cohen -, RIC -

Philippe II

Antioche, 247, PROTOTYPE ou ERREUR
20-21mm, 2.44g, axe des coins 12h, RR+

A/ IMP M IVL PHILIPPVS AVG
     Buste radié, cuirassé et drapé de Philippe II à droite, vu de trois quarts en arrière (A12).

R/ P M TR P III COS P P
     La Félicité debout à g., tenant un caducée de la main droite et une corne d'abondance dans le bras gauche.

Óvári 23B, Bland -, Cohen -, RIC -

Très rares antoniniens de Philippe l'Arabe et Philippe II copiant un revers émis par l'atelier de Rome en 246 (3ème Puissance Tribunicienne). La particularité de ces monnaies est qu'il n'y a théoriquement eu aucune émission d'antoniniens à Antioche cette année là, ce qui permet alors d'émettre deux premières hypothèses concernant l'existence de ces monnaies :

Hypothèse 1 : il s'agit de prototypes frappés en 246 en préparation des émissions de 247. Lors de la 1ère émission (mi-247), le revers devient alors P M TR P IIII COS P P (4ème Puissance Tribunicienne obtenue début 247).

Hypothèse 2 : il s'agit d'une erreur du graveur sur des monnaies gravées et frappées en 247 (coins gravés P M TR P III COS P P au lieu de P M TR P IIII COS P P ou non connaissance des titres de l'Empereur).

Le fait que l'on connaisse des antoniniens de Philippe II Auguste (2ème monnaie) et d'Otacilie avec ce même revers tend à confirmer chacune de ces deux hypothèses. En effet, les antoniniens d'Otacilie portent normalement la légende P M TR P IIII COS II P P, ce qui implique que la légende P M TR P III COS P P comporterait alors 2 erreurs, ce qui semble très peu probable quand on compare avec le faible nombre d'erreurs réelles (je ne considère pas les revers en AVG comme une erreur!) relevées dans les légendes d'Antioche : P confondu avec R ou par exemple oubli de la lettre "I" dans la lgende AEQVTAS AVG. Il est alors tentant d'attribuer ces monnaies à une émission prototype datable de 246 (hypothèse 1).

Cependant, Philippe II étant encore César en 246, on ne devrait pas trouver de monnaies de Philippe II en tant qu'Auguste avec un tel revers. Dès lors, on peut bien entendu imaginer une erreur du graveur sur un coin gravé en 247 (hypothèse 2), mais aussi la réutilisation en 247 de coins prototypes gravés l'année précédente :

Hypothèse 3 : hybrides frappés en 247 avec des coins prototypes gravés en 246.

Compte tenu du nombre assez élevé de coins connus avec cette légende, il est possible que plusieurs de ces hypothèses soient vraies : certaines monnaies seraient des prototypes, d'autres des hybrides et certaines des erreurs. Certains spécialistes évoquent également le fait que l'atelier d'Antioche ait utilisé des revers issus de Rome sans se soucier de leur signification - ce qui est vrai - mais personnellement je ne pense pas qu'ils aient utilisé une légende en TR P III en 247 car mon tableau des émissions montre bien une logique dans l'utilisation des revers datés : dans ces revers particuliers, seule la Puissance Tribunicienne est correcte, le nombre de consulats ayant servi à différencier les émissions.

En conclusion, il est impossible de dire lesquelles des hypothèses ci-dessus sont les bonnes concernant les 2 monnaies présentées, mais elles restent de toute façon des monnaies exceptionnelles.


Prototype - SAECVLARES AVGG ("Les Jeux Séculaires des Empereurs") :

*** CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR UN AGRANDISSEMENT ***

Philippe II

Antioche, 249, PROTOTYPE
21-22mm, 3.17g, axe des coins 7h, RR+

A/ IMP M IVL PHILIPPVS AVG
     Buste radié, cuirassé et drapé de Philippe II à droite, vu de trois quarts en arrière (A12).

R/ SAECVLARES AVGG
     COS III inscrit sur un cippe.

Óvári -, Bland -, Cohen -, RIC -

Très rare prototype au nom de Philippe II (malheureusement en bien mauvais état de conservation...) copiant un revers émis pas l'atelier de Rome à partir de 249. Deux hypothèses peuvent expliquer une telle monnaie :

1/ il s'agit d'un prototype de la 3ème émission frappé début 249, dont le revers n'a finalement pas été utilisé.

2/ cette monnaie est un prototype réalisé en vue d'une 4ème émission qui n'eut jamais lieu, soit à cause de la mort de Philippe, soit parce que les monnaies de la 3ème émission ont été émises en quantité suffisante pour couvrir les besoins en numéraire.


Cette deuxième hypothèse semble tout à fait plausible, car on peut remarquer que la légende utilisée par la 1ère officine n'aurait pas d être P M TR P VI COS P P mais P M TR P VI COS III P P, ce qui rappelle la technique utilisée pour différencier la 1ère émission (P M TR P IIII COS P P) de la 2ème émission (P M TR P IIII COS II P P). On peut alors tout à fait imaginer que l'atelier d'Antioche ait envisagé une 4ème émission dont le revers de la 1ère officine aurait alors été P M TR P VI COS III P P, et celui d'une autre officine aurait été SAECVLARES AVGG // COS III.

Les trois exemplaires connus sont tous issus des mêmes coins, ce qui confirme une émission de très faible volume (voir un 2ème exemplaire).



 

< page précédente

- CONTACTEZ-MOI -

page suivante >